Verse > Anthologies > St. John Lucas, comp. > The Oxford Book of French Verse
  PREVIOUS NEXT  
CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
St. John Lucas, comp. (1879–1934).  The Oxford Book of French Verse.  1920.
 
130. A Monsieur le Marquis de Cœuvres
 
Mathurin Régnier (1573–†1613)
 
 
MARQUIS, que dois-je faire en cette incertitude?
Dois-je, las de courir, me remettre à l’étude,
Lire Homère, Aristote, et, disciple nouveau,
Glaner ce que les Grecs ont de riche et de beau,
Reste de ces moissons que Ronsard et Desportes        5
Ont remporté du champ sur leurs épaules fortes,
Qu’ils ont comme leur propre en leur grange entassé,
Egalant leurs honneurs aux honneurs du passé,?
Ou si, continuant à courtiser mon maître,
Je me dois jusqu’au bout d’esperance repaître,        10
Courtisan morfondu, frénétique et rêveur,
Portrait de la disgrâce et de la défaveur;
Puis, sans avoir du bien, troublé de rêverie,
Mourir dessus un coffre en une hôtellerie,
En Toscane, en Savoie, ou dans quelque autre lieu,        15
Sans pouvoir faire paix ou trêve avecque Dieu?
Sans parler je t’entends: il faut suivre l’orage.
Aussi bien on ne peut où choisir avantage:
Nous vivons à tâtons: et dans ce monde ici
Souvent avec travail on poursuit du souci;        20
Car les Dieux, courroucés contre la race humaine,
Ont mis avec les biens la sueur et la peine.
Le monde est un brelan où tout est confondu:
Tel pense avoir gagné, qui souvent a perdu,
Ainsi qu’en une blanque où par hasard on tire;        25
Et qui voudrait choisir souvent prendrait le pire.
Tout dépend du destin, qui, sans avoir égard,
Les faveurs et les biens en ce monde départ.
Mais puisqu’il est ainsi que le sort nous emporte,
Qui voudrait se bander contre une loi si forte?        30
Suivons donc sa conduite en cet aveuglement.
Qui pèche avec le ciel pèche honorablement!
Car penser s’affranchir, c’est une rêverie.
La liberté par songe en la terre est chérie;
Rien n’est libre en ce monde, et chaque homme dépend,        35
Comtes, princes, sultans, de quelque autre plus grand.
Tous les hommes vivants sont ici bas esclaves,
Mais suivant ce qu’ils sont ils diffèrent d’entraves;
Les uns les portent d’or et les autres de fer;
Mais, n’en déplaise aux vieux, ni leur philosopher        40
Ni tant de beaux écrits qu’on lit en leurs écoles
Pour s’affranchir l’esprit ne sont que des paroles.
  Au joug nous sommes nés, et n’a jamais été
Homme qu’on ait vu vivre en pleine liberté.
En vain, me retirant enclos en une étude,        45
Penserai-je laisser le joug de servitude;
Étant serf du désir d’apprendre et de savoir,
Je ne ferais sinon que changer de devoir.
C’est l’arrêt de nature, et personne en ce monde
Ne saurait controller sa sagesse profonde.        50
  Puis, que peut-il servir aux mortels ici-bas,
Marquis, d’être savant ou de ne l’être pas,
Si la science, pauvre, affreuse et méprisée,
Sert au peuple de fable, aux plus grands de risée;
Si les gens de latin des sots sont dénigrés,        55
Et si l’on est docteur sans prendre ses degrés?
Pourvu qu’on soit morguant, qu’on bride sa moustache,
Qu’on frise ses cheveux, qu’on porte un grand panache,
Qu’on parle baragouin et qu’on suive le vent,
En ce temps du jourd’hui l’on n’est que trop savant.        60
 
Du siècle les mignons, fils de la poule blanche,
Ils tiennent à leur gré la fortune en la manche;
En crédit élevés, ils disposent de tout,
Et n’entreprennent rien qu’ils n’en viennent à bout.
‘Mais quoi! me diras-tu, il t’en faut autant faire.        65
Qui ose a peu souvent la fortune contraire.
Importune le Louvre, et de jour et de nuit;
Perds, pour t’assujettir, et la table et le lit;
Sois entrant, effronté, et sans cesse importune:
En ce temps l’impudence élève la fortune.’        70
 
Il est vrai! mais pourtant je ne suis point d’avis
De dégager mes jours pour les rendre asservis,
Et sous un nouvel astre aller, nouveau pilote,
Condvire en autre mer mon navire, qui flotte
Entre l’espoir du bien et la peur du danger        75
De froisser mon attente en ce bord étranger.
 
Car, pour dire le vrai, c’est un pays étrange,
Où comme un vrai Protée à toute heure on se change,
Où les lois, par respect sages humainement,
Confondent le loyer avec le châtiment;        80
Et pour un même fait, de même intelligence.
L’un est justicié, l’autre aura récompense.
Car selon l’intérêt, le crédit ou l’appui,
Le crime se condamne et s’absout aujourd’hui.
Je le dis sans confondre en ces aigres remarques        85
La clémence du roi, le miroir des monarques,
Qui plus grand de vertu, de cœur et de renom,
S’est acquis de clément et la gloire et le nom.
Or, quant à ton conseil qu’à la Cour je m’engage,
Je n’en ai pas l’esprit, non plus que le courage.        90
Il faut trop de savoir et de civilité,
Et, si j’ose en parler, trop de subtilité.
Ce n’est pas mon humeur; je suis mélancolique,
Je ne suis point entrant, ma façon est rustique,
Et le surnom de bon me va-t-on reprochant,        95
D’autant que je n’ai pas l’esprit d’être méchant.
 
Et puis, je ne saurais me forcer m me feindre;
Trop libre en volonté, je ne me puis contraindre.
Je ne saurais flatter, et ne sais point comment
Il faut se faire accort, ou parler faussement,        100
Bénir les favoris de geste et de paroles,
Parler de leurs aïeux au jour de Cérisoles,
De hauts faits de leur race et comme ils ont acquis
Ce titre avec honneur de Ducs et de Marquis.
Je n’ai point tant d’esprit pour tant de menterie.        105
Je ne puis m’adonner à la cajolerie,
Selon les accidents, les humeurs ou les jours,
Changer, comme d’habits, tous les mois de discours.
Suivant mon naturel, je hais tout artifice:
Je ne puis déguiser la vertu ni le vice;        110
Offrir tout de la bouche, et, d’un propos menteur,
Dire: ‘Pardieu! monsieur, je vous suis serviteur;’
Pour cent bonadiés s’arrêter en la rue;
Faire sur l’un des pieds en la salle la grue;
Entendre un marjolet qui dit avec mépris:        115
‘Ainsi quânes, ces gens sont tous vêtus de gris;
Ces autres verdelets aux perroquets ressemblent,
Et ceux-ci mal peignés devant les dames tremblent;’
Puis, au partir de là, comme tourne le vent,
Avecques un bonjour, amis comme devant.        120
Je n’entends point le cours du ciel ni des planètes;
Je ne sais deviner les affaires secrètes,
Connaître un bon visage, et juger si le cœur,
Contraire à ce qu’on voit, ne serait point moqueur.
De porter un poulet je n’ai la suffisance,        125
Je ne suis point adroit, je n’ai point d’éloquence
Pour colorer un fait ou détourner la foi,
Prouver qu’un grand amour n’est sujet à la loi,
Suborner par discours une femme coquette,
Lui conter les chansons de Jeanne et de Paquette,        130
Débaucher une fille, et par vives raisons
Lui montrer comme Amour fait les bonnes maisons,
Les maintient, les élève, et, propice aux plus belles,
En honneur les avance et les fait demoiselles;
Que c’est pour leur beaux nez que se font les ballets,        135
Qu’elles sont le sujet des vers et des poulets,
Que leur nom retentit dans les airs que l’on chante,
Qu’elles ont à leur suite une troupe béante
De langoureux transis; et, pour le faire court,
Dire qu’il n’est rien tel qu’aimer les gens de Court,        140
Allégant maint exemple en ce siècle où nous sommes,
Qu’il n’est rien si facile à prendre que les hommes,
Et qu’on ne s’enquiert plus s’elle a fait le pourquoi
Pourvu qu’elle soit riche et qu’elle ait bien de quoi.
Quand elle aurait suivi le camp à la Rochelle,        145
S’elle a force ducats, elle est toute pucelle.
L’honneur estropié, languissant et perclus,
N’est plus rien qu’une idole en qui l’on ne croit plus.
  Or pour dire ceci il faut force mystère,
Et de mal discourir il vaut bien mieux se taire.        150
Il est vrai que ceux-là qui n’ont pas tant d’esprit
Peuvent mettre en papier leur dire par écrit,
Et rendre par leurs vers leur muse maquerelle;
Mais, pour dire le vrai, je n’en ai la cervelle.
  Il faut être trop prompt, écrire à tous propos,        155
Perdre pour un sonnet et sommeil et repos.
Puis ma muse est trop chaste, et j’ai trop de courage
Et ne puis pour autrui façonner un ouvrage.
Pour moi, j’ai de la Court autant comme il m’en faut;
Le vol de mon dessein ne s’étend point si haut;        160
De peu je suis content, encore que mon maître,
S’il lui plaisait un jour mon travail reconnaître,
Peut autant qu’autre prince, et a trop de moyen
D’élever ma fortune et me faire du bien.
Ainsi que sa nature, à la vertu facile,        165
Promet que mon labeur ne doit être inutile,
Et qu’il doit quelque jour, malgré le sort cuisant,
Mon service honorer d’un honnête présent,
Honnête et convenable à ma basse fortune
Qui n’aboye et n’aspire, ainsi que la commune,        170
Après l’or de Pérou, ni ne tend aux honneurs
Que Rome départit aux vertus des seigneurs.
Que me sert de m’asseoir le premier à la table,
Si la faim d’en avoir me rend insatiable,
Et si le faix léger d’un double évêché,        175
Me rendant moins content, me rend plus empêché?
Si la gloire et la charge, à la peine adonnée,
Rend sous l’ambition mon âme infortunée?
Et quand la servitude a pris l’homme au collet,
J’estime que le prince est moins que son valet.        180
C’est pourquoi je ne tends à fortune si grande;
Loin de l’ambition, la raison me commande,
Et ne prétends avoir autre chose sinon
Qu’un simple bénéfice et quelque peu de nom,
Afin de pouvoir vivre avec quelque assurance,        185
Et de m’ôter mon bien que l’on ait conscience.
  Alors, vraiment heureux, les livres feuilletant,
Je rendrais mon désir et mon esprit content;
Car sans le revenu l’étude nous abuse,
Et le corps ne se paît aux banquets de la Muse.        190
Ses mets sont de savoir discourir par raison
Comme l’âme se meut un temps en sa prison,
Et comme délivrée, elle monte, divine,
Au ciel, lien de son être et de son origine;
Comme le ciel mobile, éternel en son cours,        195
Fait les siècles, les ans, et les mois et les jours,
Comme aux quatre éléments les matières encloses
Donnent, comme la mort, la vie à toutes choses,
Comme premièrement les hommes dispersés
Furent par l’harmonie en troupes amassés,        200
Et comme la malice en leur âme glissée,
Troubla de nos aïeux l’innocente pensée,
D’où nâquirent les lois, les bourgs et les cités,
Pour servir de gourmette à leurs méchancetés.
Comme ils furent enfin réduits sous un empire,        205
Et beaucoup d’autres plats qui seraient longs à dire;
Et quand on en saurait ce que Platon en sait,
Marquis, tu n’en serais plus gras ni plus gras ni plus refait;
Car c’est une viande en esprit consommée,
Légère à l’estomac ainsi que la fumée.        210
Sais-tu, pour savoir bien, ce qu’il nous faut savoir?
C’est s’affiner le goût de connaître et de voir;
Apprendre dans le monde et lire dans la vie
D’autres secrets plus fins que de philosophie,
Et qu’avec la science il faut un bon esprit.        215
  Or, entends à ce point ce qu’un Grec en écrit:
Jadis un loup, dit-il, que la faim époinçonne,
Sortant hors de son fort rencontre une lionne,
Rugissante à l’abord, et qui montrait aux dents
L’insatiable faim qu’elle avait au dedans.        220
Furieuse, elle approche; et le loup, qui l’avise,
D’un langage flatteur lui parle et la courtise:
Car ce fut de tout temps que, ploiant sous l’effort,
Le petit cède au grand, et le faible au plus fort.
Lui, dis-je, qui craignait que faute d’autre proie        225
La beste l’attaquât, ses ruses il emploie.
Mais enfin le hasard si bien le secourut,
Qu’un mulet gros et gras à leurs yeux apparut,
Ils cheminent dispos, croyant la table prête,
Et s’approchent tous deux assez près de la bête.        230
Le loup, qui la connaît, malin et défiant,
Lui regardant aux pieds, lui parlait en riant:
‘D’o&’ucirc; es-tu, qui es-tu? quelle est ta nourriture,
Ta race, ta maison, ton maître, ta nature?’
Le mulet, étonné de ce nouveau discours,        235
De peur ingénieux, aux ruses eut recours;
Et, comme les Normands, sans lui répondre voire:
‘Compère, ce dit-il, je n’ai point de mémoire;
Et comme sans esprit ma grand-mère me vit,
Sans m’en dire autre chose au pied me l’écrivit.’        240
  Lors il lève la jambe au jarret ramassée,
Et d’un œil innocent il couvrait sa pensée,
Se tenant suspendu sur les pieds en avant.
Le loup qui l’aperçevait se lève de devant,
S’excusant de ne lire avec cette parole,        245
Que les loups de son temps n’allaient point à l’école.
Quand la chaude lionne, à qui l’ardente faim
Allait précipitant la rage et le dessein,
S’approche, plus savante, en volonté de lire.
Le mulet prend le temps, et du grand coup qu’il tire        250
Lui enfonce la tête, et d’une autre façon,
Qu’elle ne savait point, lui apprit sa leçon.
  Alors le loup s’enfuit, voyant la bête morte,
Et de son ignorance ainsi se réconforte:
‘N’en déplaise aux docteurs, Cordeliers, Jacobins,        255
Pardieu, les plus grands clercs ne sont pas les plus fins.’
 

CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
  PREVIOUS NEXT  
 
Loading
Click here to shop the Bartleby Bookstore.

Shakespeare · Bible · Strunk · Anatomy · Nonfiction · Quotations · Reference · Fiction · Poetry
© 1993–2014 Bartleby.com · [Top 150] · Subjects · Titles · Authors