Verse > Anthologies > St. John Lucas, comp. > The Oxford Book of French Verse
  PREVIOUS NEXT  
CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
St. John Lucas, comp. (1879–1934).  The Oxford Book of French Verse.  1920.
 
228. Rodrigue pendant la bataille
 
Émile Deschamps (1791–†1871)
 
 
C’EST la huitième journée
De la bataille donnée
Aux bords du Guadalèté
Maures et chrétiens succombent,
Comme les cédrats qui tombent        5
Sous les flèches de l’été.
 
Sur le point qui les rassemble
Jamais tant d’hommes ensemble
N’ont combattu tant de jours;
C’est une bataille immense        10
Qui sans cesse recommence,
Plus formidable toujours.
 
Enfin le sort se décide,
Et la Victoire homicide
Dit: ‘Assez pour aujourd’hui!’        15
Soudain l’armée espagnole
Devant l’Arabe qui vole
Fuit … Les Espagnols ont fui!
 
Rodrigue, au bruit du tonnerre,
Comme un vautour de son aire,        20
S’échappe du camp tout seul,
Sur son front, altier naguère,
Jetant son manteau de guerre,
Comme l’on fait d’un linceul.
 
Son cheval, tout hors d’haleine,        25
Marche au hasard dans la plaine,
Insensible aux éperons;
Ses longs crins méconnaissables,
Ses pieds traînent sur les sables,
Ses pieds autrefois si prompts.        30
 
Dans une sombre attitude,
Mort de soif, de lassitude,
Le roi sans royaume allait,
Longeant la côte escarpée,
Broyant dans sa main crispée        35
Les grains d’or d’un chapelet.
 
Les pierres de loin lancées,
Par son écu repoussées,
En ont bosselé le fer;,
Son casque déformé pèse        40
Sur son cerveau, que n’apaise
Signe de croix ni Pater.
 
Sa dague, à peine attachée,
Figure, tout ébréchée,
Une scie aux mille dents;        45
Ses armures entr’ouvertes
Rougissent, de sang couvertes,
Comme des charbons ardents.
 
Sur la plus haute colline
Il monte; et, sa javeline        50
Soutenant ses membres lourds,
Il voit son armée en fuite,
Et de sa tente détruite
Pendre en lambeaux le velours;
 
Il voit ses drapeaux sans gloire        55
Couchés dans la fange noire,
Et pas un seul chef debout;
Les cadavres s’amoncellent,
Les torrents de sang ruissellent …
Le sien se rallume et bout.        60
 
Il cria: ‘Ah! quelle campagne!
Hier de toute l’Espagne
J’étais le seigneur et roi:
Xérès, Tolède, Séville,
Pas un bourg, pas une ville,        65
Hier, qui ne fût à moi.
 
‘Hier, puissant et célèbre,
J’avais des châteaux sur l’Èbre,
Sur la Tage des châteaux.
Dans la fournaise rougie,        70
Sur l’or à mon effigie
Retentissaient les marteaux.
 
‘Hier, deux mille chanoines
Et dix fois autant de moines
Jeûnaient tous pour mon salut;        75
Et comtesses et marquises,
Au dernier tournoi conquises,
Chantaient mon nom sur le luth.
 
‘Hier, j’avais trois cents mules,
Des vents rapides émules,        80
Douze cents chiens haletants,
Trois fous, et des grands sans nombre
Qui, pour saluer mon ombre,
Restaient au soleil longtemps.
 
‘Hier j’avais douze armées,        85
Vingt forteresses fermées,
Trente ports, trente arsenaux …
Aujourd’hui, pas une obole,
Pas une lance espagnole,
Pas une tour à créneaux!        90
 
‘Périsse la nuit fatale
Où, sur ma couche natale,
Je poussai le premier cri!
Maudite soit et périsse
La Castillane nourrice        95
A qui d’abord j’ai souri!
 
‘Ou plutôt, folle chimère!
Pourquoi le sein de ma mère
Ne fut-il pas mon tombeau? …
Je dormirais sous la terre,        100
Dans mon caveau solitaire,
Aux lueurs d’un saint flambeau,
 
‘Avec les rois, mes ancêtres,
Avec les guerriers, les prêtres,
Dont le trépas fut pleuré;        105
Ma gloire eût été sauvée
Et l’Espagne préservée
De son Rodrigue abhorré!
 
‘Et mon père, à ma naissance,
En grande réjouissance,        110
Fit partir deux cents hérauts!
Et des seigneurs très avares,
Aux joutes des deux Navarres,
Firent tuer leurs taureaux!
 
‘Chaque madone eut cent cierges,        115
On dota cent belles vierges
Pour cent archers courageux,
On donna trois bals splendides,
On brûla trois juifs sordides …
Ce n’étaient qu’amours et jeux!        120
 
‘Ah! que Dieu m’entende et m’aide!
Ce fer est mon seul remède;
Mais saint Jacques le défend.
Ce que je veux, je ne l’ose;
Car l’évêque de Tolose,        125
Qui m’a béni tout enfant,
 
‘Promènerait sur la claie
Mon cadavre avec sa plaie,
Aux regards de tous les miens;
Puis, sur une grève inculte,        130
Le livrerait à l’insulte
Des loups et des Bohémiens.
 
‘Mais les trahisons ourdies,
Les chagrins, les maladies
Sauront bien me secourir:        135
Assez de honte environne
Un front qui perd sa couronne,
Pour espérer d’en mourir.
 
‘ Car quelle duègne insensée
Me croirait l’humble pensée        140
De vivre avec des égaux? …
Celui qui de si haut tombe
De son poids creuse sa tombe …
Mort au dernier roi des Goths!’
 

CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
  PREVIOUS NEXT  
 
Loading
Click here to shop the Bartleby Bookstore.

Shakespeare · Bible · Strunk · Anatomy · Nonfiction · Quotations · Reference · Fiction · Poetry
© 1993–2014 Bartleby.com · [Top 150] · Subjects · Titles · Authors